Critiques du disque Le Dilettante d’Avignon

Un enregistrement qui vous met indéniablement de bonne humeur

audiophile-magazine.com - mai 2019

Répertoire dont on parle peu sur ce site, l’Opéra Comique est un genre à part entière, et cet enregistrement du Dilettante d’Avignon de Jacques-fromental Halévy, interprété par l’Orchestre Régional d’Avignon Provence dirigé par Michel Piquemal, est un double pied de nez à la culture provençale ainsi qu’au bel canto italien.
Il est toujours délicat de graver sur un disque un spectacle comportant une dimension visuelle et parlée si importante qu’un opéra comique, fût-il en un seul acte...
Ce n’est donc clairement pas un album qu’on écoutera en boucle, contrairement à certaines œuvres de Rossini dont les ouvertures peuvent éventuellement s’écouter et se ré-écouter (notamment celles enregistrées très récemment par Michele Mariotti). Mais c’est un enregistrement qui vous met indéniablement de bonne humeur car il s’agit presque davantage d’une farce que d’un opéra... L’oeuvre d’Halévy se moque en effet de l’opéra lui-même, et de l’engouement italophile des français méridionaux de l’époque.

Retrouvez l’article complet ici

Festif, entraînant et plein de fraîcheur

classiquehd.fr - avril 2019

Cette version du Dilettante d’Avigon est une pure merveille, c’est festif, entraînant et plein de fraîcheur.
Les scènes sont d’une drôlerie, surtout quand le père reçoit les chanteurs italiens. Un casting de taille et un orchestre qui met l’ambiance ; n’hésitez pas ; procurez-vous cette fiole de joie.

Retrouvez l’article complet ici

Une complicité artistique qui donne des ailes

Classiquenprovence.fr - avril 2019

La direction de Michel Piquemal, exigeante et chaleureuse, sait toujours tirer le meilleur des interprètes qui lui sont confiés, orchestre, chœur, solistes, et restituer à chaque partition sa couleur propre. L’Orchestre et le Choeur, celui-ci créé par Piquemal lui-même, entretiennent avec le chef une complicité artistique de longue date qui leur donne des ailes.

Retrouvez l’article complet ici

Podcast Fréquence Protestante

Interview de Michel Piquemal dans l’émission "Cantabile" en écoute ici
Fréquence Protestante - 14 avril 2019

Une verve revigorante

Opéra Magazine - avril 2019

Michel Piquemal dirige avec dynamisme un orchestre dont la verve est revigorante.

Podcast France Musique

Passage dans l’émission "En pistes" en écoute ici
France musique - 1er avril 2019

Une nouvelle réalisation majeure pour la redécouverte de l’opéra romantique français

Classiquenews.com - 26 mars 2019

On ne louera pas assez cette initiative discographique : exhumer des pépites lyriques, qui allie une intrigue resserrée dans une mise en forme raffinée, subtilement délirante ; c’est assurément le cas de cette comédie drôlatique signé d’un auteur qui fit l’âge d’or du grand opéra à l’Opéra de Paris : Fromental Halévy (Prix de Rome 1819), mentor d’Offenbach dans la Capitale.
La finesse se moque ici des styles italiens (Rossini) et français (couplets de Valentin) : ainsi le « duo à trois voix », CD2 où brillent aux côtés d’Arnaud Marzorati, Mathias Vidal (Dubreuil, compositeur parisien qui singe les italiens) et Virginie Pochon (Marinette), à la fois sincères et satiriques. Le jeu théâtral est finement polissé et restitue à ce mini opéra, sa nature de pochade enlevée, hyperélégante. Fromental Halévy s’y délecte à exprimer son amour du genre lyrique (le Dilettante c’est lui). Le compositeur tort le cou aux codes d’un système éculé : à l’époque où règne Rossini à Paris, il suffit de se dire italien pour être joué dans les théâtres parisiens (c’est donc le cas de Dubreuil imposteur génial, à Paris et à Avignon)…
Dans ce joyau opératique et comique, toutes les équipes de l’Opéra d’Avignon savourent les degrés mêlés d’une partition souvent délirante.

Le label Klarthe jamais en reste pour la défense du patrimoine français dévoile ainsi une pépite lyrique qui succéda de quelques mois au triomphe du Guillaume Tell de Rossini(1829). La révélation est totale, nuançant l’hégémonie de Rossini dans les années 1820, servie par l’engagement générale d’une troupe allumée. La réussite de cet enregistrement live (avec applaudissements, Opéra Grand Avignon, avril 2014), véritable recréation depuis l’époque romantique est assuré par le choix des solistes et l’engagement des instrumentistes de l’orchestre choisi : Orchestre Régional Avignon-Provence sous la direction, articulée, pétillante de Michel Piquemal. Voilà une nouvelle réalisation majeure pour la redécouverte de l’opéra romantique français. Qui connaît cette veine comique du très sérieux Halévy, réputé pour La Juive, ou Clari (ressuscité par Cecilia Bartoli) et récemment La Reine de Chypre ?

Retrouvez l’article complet ici

Un savoureux divertissement

Lemonde.fr - 22 mars 2019

Créé en 1829, six ans avant La Juive, qui propulsa Halévy (1799-1862) au firmament du grand opéra français, Le Dilettante d’Avignon tourne en dérision le culte excessif alors voué à l’Italie sur les scènes lyriques à Paris et en province. Personnage central de cette farce en un acte, le directeur de l’Opéra d’Avignon ne jure que par la langue de Dante – dont il ne pipe mot – au point de troquer son nom de Maisonneuve contre celui de Casanova. Nul besoin d’avoir vécu dans la cité des Papes et encore moins à l’époque de Rossini, souvent imité dans la partition, pour se délecter de ce savoureux divertissement. Pierre Gervasoni.

Retrouvez l’article complet ici

Une œuvre "absolument contemporaine"

Froggydelight.com - 17 mars 2019

Cet opéra-comique composé en 1829 s’amuse à se moquer de l’élite de l’époque qui ne jure que par Rossini, ces rossiniens passionnés par le bel canto qui négligent et font abstraction de la musique française. Et si elle est totalement inscrite dans son temps, il faut comprendre cet engouement pour la musique Italienne pour apprécier pleinement ce Dilettante d’Avignon, cette œuvre est également absolument contemporaine : avec les guerres de clochers, les spécialistes qui en fait n’y connaissent pas grand-chose, ces envies envers et contre tout et surtout sans aucune réflexion d’être à la mode, la sous-représentation du répertoire français dans les concerts ou dans la presse spécialisée (et quels que soient les genres classique, jazz, pop....). Oserait-on faire un parallèle avec le manque de considération pour Berlioz ? Ce mal endémique bien Français de souvent préférer ce qui vient de l’étranger au lieu de soutenir les compositeurs Français.

C’est très drôle car très fin. Halévy compose une œuvre qui n’a rien d’anecdotique, plutôt bien écrite, elle rencontra à sa sortie un certain succès, pastiche du bel canto et du style italien plutôt réjouissant.

La production est à la hauteur de l’œuvre (l’enregistrement avec applaudissements et rires a été fait pendant un concert en 2014). L’Orchestre Régional Avignon-Provence se montre léger et agile sous la baguette de Michel Piquemal. Les chanteurs sont tous excellents : les pétillantes Mélody Louledjian et Virginie Pochon, Arnaud Marzorati dans le rôle assez comique de Maisonneuve et Julien Véronèse dans celui de valentin. Comme ils le chantent si bien "Tout est content, et l’esprit et l’oreille". Jubilatoire...

Retrouvez l’article complet ici

Un événement musical brillant et vivant

Pizzicato - 16 mars 2019 - traduit de l’allemand

La performance du Chœur Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur et de l’Orchestre Régional Avignon-Provence est étonnamment bonne. Apparemment, le chef d’orchestre Michel Piquemal a travaillé dur pour faire de cette redécouverte un événement musical brillant et vivant.

En plus des chanteurs (mis à part quelques problèmes mineurs dus au caractère live de l’enregistrement), de bonnes performances constantes permettent à l’oreille de profiter d’une bonne musique.
L’éditeur, pour des raisons environnementales, comme on nous a dit, n’a pas imprimé le livret, mais il est disponible sur le site Internet du label en téléchargement [...]

Le Dilettante d’Avignon, opéra-comique de Halevy, offre une musique si bonne et si agréable qu’il est incroyable qu’il ait fallu si longtemps pour en avoir un bon enregistrement. Et celui-ci est vraiment bon, car Michel Piquemal a tout l’enthousiasme et le charisme nécessaires pour inspirer sa troupe avignonnaise.

Retrouvez l’article complet ici