Le Chœur régional infuse le chant et cherche des voix

Article paru sur le site de La Marseillaise, le 15 août 2018

Article disponible en ligne

Fondée en 1988 par le chef Michel Piquemal, le chœur régional Provence-Alpes-Côte d’Azur tout autant amatrice que fleuron de la région Paca, lance une campagne de recrutement de choristes au mois de septembre.

Le chœur régional Provence-Alpes-Côte d’Azur a vu le jour il y a 31 ans, sous l’impulsion du grand chef d’orchestre et de chœur, Michel Piquemal, qui avait alors répondu à une demande de la Région ainsi que du Ministère de la Culture. Mais avec quelles missions ? « L’idée consistait à avoir un chœur qui fasse l’interface avec les orchestres de la région pour développer le patrimoine et infuser le chant choral auprès de la population », rappelle son président, Fabrice Roy. Sans compter l’objectif de « servir de creuset à des jeunes qui se destinent à des carrières de solistes ou de choristes », explique-t-il au sujet du chœur régional, qui se décompose en deux sous-ensembles vocaux : l’un basé à Aix-en-Provence, et l’autre, à Cagnes-sur-Mer. Au total, 70 choristes encadrés par des professionnels qui s’exercent à leur art au rythme de 3 heures par semaine. Un chœur d’Oratorio - « on fait un peu d’opéra mais beaucoup de concerts », dixit Fabrice Roy - dont la réputation n’est plus à démontrer au regard de ses collaborations avec des orchestres professionnels, tels celui de Marseille, d’Avignon ou encore de Nice.

« Fusion d’individualités »

Le programme du Chœur régional se focalisera, pour l’année à venir, sur Brahms, Debussy, mais aussi du tango argentin ainsi que du jazz. Dans cette optique, une campagne de recrutement de choristes débutera le 1er septembre. « Nous avons des critères assez bienveillants. Il faut juste que les candidats chantent juste, s’intéressent à la musique,aient des notions de solfège », précise Fabrice Roy. Avant que ce dernier ne prévienne : « L’important dans un chœur, ce n’est pas d’y briller mais plutôt de s’y fondre. Il faut une fusion d’individualités pour ne pas faire face à des dissonances ». En somme, un chœur à l’« esprit de troupe » et bon enfant, qui n’altère en rien son savoir-faire.

Dernière illustration en date, la volonté du directeur de l’orchestre régional d’Avignon, Philippe Grison, de collaborer avec le Chœur régional Paca pour le Requiem de Verdi. « Et ça, ça ne se refuse pas », s’enthousiasme le président du Chœur Régional.

Écrit par Philippe Amsellem