Les amis de Saint-Victor fêtent leur 50 ans. Joyeux anniversaire !

Les amis de Saint-Victor fêtent leur 50 ans. Joyeux anniversaire !

Le concert de ce soir était un hommage à la fondatrice du Festival, Suzy Fouchet, dont le fils Robert, relaie depuis de nombreuses années aussi l’amour transmis pour la musique (Marseille Concerts). Jean-Stéphane Bourgeat, le nouveau Président, lançait la 50ème édition, rappelant le thème de cette année : De la création à la transmission, confirmant le fort attachement du Festival aux grands compositeurs classiques, aux interprètes prestigieux (Yehudi Menuhin, Maurice André…) mais la place importante donnée aussi aux grands compositeurs contemporains : Ohana, Dutilleux, Landowski… qui ont fait résonner les voûtes millénaires de l’Abbaye. Les discours chaleureux du curé de Saint-Victor, Pierre Gérard et de Sabine Bernasconi, Maire des 1er et 7ème arrondissements de Marseille, allaient dans le même sens, l’élue remerciant, en outre, les institutions diverses qui permettent depuis tant d’années la pérennité de ce Festival.

Mozart et Fauré, frères d’élégance, étaient au programme. Bernard Thomas dirige l’Orchestre Régional Avignon-Provence avec énergie, souplesse, maîtrisant les effets d’intensité, les couleurs de chaque pupitre. Le Divertimento K.138 de Mozart, composé à 16 ans, est une merveille d’équilibre, très belles palettes des cordes. L’Exultate Jubilate, Motet composé à 17 ans, se conclut par le morceau de bravoure qu’est l’Alleluia,. La soprano Lucile Pessey, grâce à une parfaite technique, un souffle soutenu, rayonne dans les longues phrases comme dans les acrobatiques vocalises, et le fameux contre-ut est déployé avec une grande aisance. Le Chœur Régional Paca (dir. Michel Piquemal) donna ensuite une magnifique interprétation du Cantique de Jean Racine, de Gabriel Fauré, musique d’une exceptionnelle beauté, l’entrée de chaque pupitre, maintenant cette planante solennité. Le Requiem du même Fauré, tant de fois remanié, était donné dans la version symphonique complète de 1893, en sept parties. Florent Leroux-Roche étend son timbre velouté sur un Hostias très intérieur avant le Libera me plus projeté, libéré. Sanctus et In Paradisum sont des moments de grâce. L’orgue, discret, mais si présent de Jean-Michel Robbe, soutient ce vaste ensemble. On attendait avec délectation le Pie Jesu, car l’arrière-petite fille de Suzy, Louna Fouchet-Isambard, 10 ans ( !) mêlait sa très jolie voix aux grandes : 3 soprani issues du chœur et Lucile Pessey, l’encadrant avec délicatesse. Une ouverture magistrale pour cette 50ème édition du Festival des Amis de Saint-Victor annonçant une programmation de grande qualité.

YVES BERGÉ
Octobre 2016

Concert donné le 7 octobre, 50e Festival des Amis de Saint-Victor, Abbaye Saint-Victor, Marseille

Article en ligne